Clostridium sordellii infection dans l’avortement médical

Tout d’abord, le médicament est donné comme dose unique pour l’avortement dapoxetinefr.com. Cependant, dans l’utilisation expérimentale à long terme pour les maladies chroniques, par exemple, le méningiome, les fibromes. De plus, en Europe, où le médicament a été utilisé depuis, la dose habituelle a été mg fois la dose aux États-Unis, mais aucun cas de choc toxique de C sordellii n’a été signalé. De plus, aucune des femmes qui sont mortes du choc toxique de C sordellii après l’accouchement ou l’avortement spontané n’avait reçu de mifepristone. Enfin, il est difficile d’imaginer un effet biologique entraînant une altération du système immunitaire induite par le médicament. L’utilisation vaginale du misoprostol a également été suggérée comme un facteur causal potentiel de ces événements, mais en ce qui concerne les aborti Sur, il n’est pas surprenant que les femmes aux États-Unis qui ont développé cette condition après un avortement médicamenteux avaient utilisé le misoprostol par voie vaginale, parce que presque tout usage de la mifépristone aux États-Unis par le biais du misoprostol vaginal médian. des femmes peuvent être porteurs de cet organisme au fait que les femmes américaines ont subi des avortements médicaux, dont la plupart impliquaient le misoprostol par voie vaginale, cela suggère que quelque part entre les femmes et les femmes aurait utilisé le médicament en présence de colonisation vaginale avec C sordellii Cependant, seules les infections sont survenues aux États-Unis, et comme les infections sont uniformément mortelles, dans le contexte de l’hypervigilance à propos des avortements, nous pouvons être certains que ce nombre est exact.En effet, l’utilisation vaginale du misoprostol le Royaume-Uni, la Suède et l’Afrique du Sud, et aucun cas de choc toxique de C sordellii n’a été signalé dans ces pays. L’examen de toutes les infections après divers schémas d’avortement médicamenteux a montré que l’infection était généralement très rare, mais plus fréquente dans les études au Royaume-Uni que dans les études en dehors du Royaume-Uni, y compris aux États-Unis et sans rapport avec la voie d’administration du misoprostol Si les femmes introduisaient une contamination dans le vagin par l’auto-application du misoprostol aux États-Unis, on s’attendrait à voir beaucoup plus d’infections communes qui résultent de la contamination par la peau et les bactéries fécales. en conjonction avec des avortements médicaux aux États-Unis, et comme indiqué plus haut, l’infection post-avortement médicamenteuse est généralement moins fréquente chez les patients américains que chez les patients britanniques, où les prestataires de services de santé et non les femmes insèrent le misoprostol vaginal Enfin, il n’y a pas de preuve convaincante que l’anti-prophylactique Les biotics seraient efficaces pour prévenir ces désastres médicaux. En outre, le traitement antibiotique devrait être appliqué avec tous les risques d’effets indésirables qui en découlent pour les femmes qui n’ont pas besoin de traitement pour prévenir les cas d’infection. de tels traitements de masse et les problèmes causés par la surutilisation de l’antibiothérapie en général, certains cliniciens seraient prêts à procéder à une telle prophylaxie. Mais d’autres voix se sont alarmées de cette idée. Quant aux études cliniques sur la valeur de cette approche, elles semblent hors de question sur le plan logistique et financier. Avec un événement aussi rare, les estimations du nombre de patients requis pour un essai clinique adéquat ont varié de, à largement, en fonction des hypothèses faites. Une grande expérience naturelle est maintenant en cours. ce pays qui peut fournir la meilleure chance d’apprendre plus, bien que probablement pas d’informations définitives sur certaines de ces hypothèses causales s Jusqu’au milieu de la période où presque tous les avortements de mifépristone étaient accompagnés de misoprostol par voie vaginale, le taux d’infection à C sordellii après avortement médicamenteux semblait être de l’ordre du jour, avec beaucoup d’attention du public à ces décès. Les cliniques cliniques, notamment les cliniques Planned Parenthood, et de nombreux fournisseurs indépendants ont décidé de cesser d’utiliser le misoprostol par voie vaginale et de conseiller l’utilisation orale ou buccale de ce médicament après l’utilisation de la mifépristone. Nous devrons attendre plusieurs mois, voire plusieurs années. Nous verrons peut-être si ce changement de pratique s’accompagne d’un changement mesurable du taux de ces morts tragiques. Et même si, avec le temps, il y a une suggestion d’impact, nous n’aurons toujours pas une explication complète de ce complexe épidémiologique et situation clinique Dans le même temps, nous devrons apprendre à vivre avec nos incertitudes et éviter les erreurs si facilement provoquées en agissant sur des suppositions et des suppositions de rat. elle que des faits

Remerciements

Conflits d’intérêts potentiels Tous les auteurs: pas de conflits