Dépression dans les pays en développement: les leçons du Zimbabwe

Le Zimbabwe, comme d’autres pays en développement, a une pauvreté absolue, des programmes de réforme économique, des services de santé publique limités, des services de santé privés et traditionnels généralisés, des troubles civils, la diversité culturelle, et l’inégalité entre les sexes. Nous avons mené des recherches sur la dépression au Zimbabwe au cours des 15 dernières années, couvrant des études ethnographiques et épidémiologiques dans une gamme de populations. Nous avons comparé nos résultats avec ceux d’autres pays en développement et avec des données provenant de pays industrialisés. Dans le contexte des pays en développement, nous avons examiné la validité des classifications de l’Organisation mondiale de la Santé et des concepts médicaux de la dépression, les implications de la dépression sur la santé publique et les implications pour la pratique clinique et la recherche. Points récapitulatifsLa dépression est fréquente dans les pays en développement, en particulier chez les femmes, avec un cercle vicieux de pauvreté, de dépression et d’incapacité.La dépression s’accompagne généralement de multiples symptômes physiques de durée chronique, bien que de simples questions suscitent souvent des symptômes psychologiques. pour les troubles mentaux courants ont une validité limitéeLa reconnaissance et le traitement des symptômes plutôt que la cause sont les caractéristiques de la pratique courante en soins de santé généraux