Le handicap s’aggrave chez les Américains obèses

Certaines données indiquent que les personnes obèses sont en meilleure santé. Ils ont moins de facteurs de risque cardiovasculaire qu’auparavant, et la mortalité semble diminuer. Cependant, les tendances en matière de handicap vont dans la direction opposée. L’analyse de deux enquêtes nationales régulières menées aux États-Unis montre que le handicap chez les personnes de plus de 60 ans ne s’améliore pas pour les personnes dont l’indice de masse corporelle est d’au moins 30. Entre 1988 et 1994, 36,8% un quart de mile, en soulevant ou en transportant 10 livres, debout d’une chaise sans bras, ou en montant 10 marches. Ce chiffre est passé à 42,2% lors de la seconde enquête réalisée entre 1999 et 2004 (P = 0,03). L’écart entre les personnes obèses et les autres s’est élargi entre les enquêtes, même pour les handicaps plus graves affectant les activités de la vie quotidienne. Le diabète et l’arthrite peuvent être en partie à blâmer, dit un éditorial lié (p 2066). Alors que les efforts de santé publique ont aidé à réduire les facteurs de risque cardiovasculaires tels que le tabagisme, l’hypertension artérielle et les lipides sériques anormaux, les stratégies de prévention du diabète et de l’arthrite liées à l’obésité ont pris du retard. La prévalence du diabète continue d’augmenter, et le lien entre l’arthrite et l’obésité est plus fort que jamais.