Les femmes religieuses aux États-Unis sont plus susceptibles d’utiliser le dépistage médical

Les femmes aux États-Unis qui assistent à des services religieux sont plus susceptibles d’avoir recours aux examens de dépistage que ceux qui ne le font pas, mais les modèles diffèrent considérablement entre les différentes religions. Les femmes protestantes chrétiennes évangéliques sont moins susceptibles d’utiliser les services de dépistage préventif de la santé que leurs homologues juifs ou chrétiens dominants, une étude publiée en ligne le 6 janvier 2006 dans le Journal of Behavioral Medicine (www.springerlink.com, doi: 10.1007 / Les femmes juives, par exemple, étaient quatre fois plus susceptibles de déclarer avoir subi un dépistage du cancer du col de l’utérus que les chrétiens protestants évangéliques, alors que les chrétiens protestants étaient plus susceptibles que les protestants évangéliques de déclarer avoir subi une mammographie. Les résultats tels que ceux présentés ici peuvent contraindre les travailleurs de la santé et les chercheurs en santé à accorder plus d’attention à la participation religieuse en tant que corrélat potentiellement important de l’utilisation des soins de santé », explique l’étude. Aux données de l’Enquête sur la santé et la retraite, une enquête représentative à l’échelle nationale auprès des personnes âgées non institutionnalisées. n États-Unis, et a inclus des informations sur 4353 femmes. Les données portaient sur la religion et la fréquentation, ainsi que sur l’utilisation des mammographies, des frottis cervicaux et de l’auto-examen des seins. On a également demandé aux femmes à quel point la religion était importante dans leur vie. L’une des découvertes les plus fortes était que les chrétiens protestants traditionnels étaient plus susceptibles de rapporter des mammographies et des frottis cervicaux que les protestants évangéliques. Des résultats prouvaient également que tous les types de de mammographies par rapport aux non-participants. Les femmes qui assistent à un service religieux une fois par semaine sont deux fois plus susceptibles de déclarer avoir passé une mammographie que celles qui n’ont jamais assisté à des services religieux. Pour les frottis cervicaux, les résultats montrent que les femmes qui assistent à des services religieux deux à trois fois par mois étaient significativement plus susceptibles de déclarer avoir eu ce type de service préventif. “Cet effet est particulièrement prononcé pour les femmes juives, qui sont 4,09 fois plus susceptibles de rapporter ce service préventif par rapport aux femmes protestantes évangéliques” dit l’auteure Maureen Benjamins de l’Urban Health Institute du Mount Sinai Hospital, Chicago. Pour l’auto-examen des seins, les résultats ont montré que la participation aux services religieux une ou deux fois par an ou deux à trois fois par mois était associée à une plus grande probabilité de rapport d’auto-examen par rapport aux femmes qui n’ont jamais assisté (odds ratios 1,23, P < 0,05 v 1,53, P < 0,001). Les femmes qui ont déclaré que la religion était un facteur important dans leur vie étaient également plus susceptibles de déclarer s'être soumises à un auto-examen. »Toutes ces relations sont demeurées significatives, même en tenant compte de l'âge, de la race, de l'ethnicité, de la santé physique et mentale. d'autres facteurs ", explique le Dr Benjamins.Ces découvertes ajoutent à la littérature sur la santé publique des informations importantes sur les facteurs qui influent sur l'utilisation des services préventifs et enrichissent le domaine croissant de la recherche sur la religion et la santé où l'utilisation préventive des soins de santé devient un mécanisme reliant la religion à une grande variété de santé physique. résultats », dit le rapport.