Un pas en avant dans l’engagement des cliniciens dans l’IT

Editor — Nous lisons avec sympathie l’expérience de la création et du maintien d’une base de données.1 Comme rhumatologues un hôpital général de district, nous avons suivi un processus similaire, mais avec un résultat plus positif. Nous avons d’abord exploré des bases de données autonomes, coûteuses, non reliées à nos systèmes hospitaliers, et nécessitant des frais de sauvegarde annuels. L’un d’entre nous (MEL) a siégé au comité des technologies de l’information (TI) de l’hôpital (qui, sans surprise, avait beaucoup de postes vacants pour les cliniciens) arthropathie. Nous avons travaillé avec notre service informatique hospitalier pour mettre en place un système basé sur le système d’administration des patients de l’hôpital, un outil de stockage de données étonnamment puissant. Il a fallu plusieurs mois pour aboutir mais a abouti à un système robuste et bien soutenu qui a survécu à l’aube du programme national pour l’informatique dans le NHS (NpfIT) .2 Nous avons eu la chance d’avoir des secrétaires adaptables et dévoués. Bien que le système soit plus encombrant à saisir, le temps est économisé en extrayant automatiquement toutes les données démographiques via le numéro de l’hôpital. Nous avons appris quelques leçons: Vous ne pouvez pas sous-estimer le manque de connaissances des départements informatiques sur la pratique clinique et les départements de traitement. Les départements de traitement ne peuvent pas sous-estimer le manque de connaissances des rhumatologues consultants sur l’informatique. Le service informatique de l’hôpital n’a pas installé votre système, ne vous attendez pas à ce qu’il soit capable de le sauvegarder quand ça va mal (et ça ira mal) S’il y a un comité d’hôpital qui a un impact majeur sur votre travail, essayez de vous asseoir dessus. Le dossier électronique du patient rendra notre base de données, et d’autres semblables, obsolète. Cependant, l’effort en valait la peine. Notre département et notre département informatique se comprennent un peu mieux et nous avons une vision plus réaliste de ce qui peut ou ne peut pas être réalisé. Nous nous parlons toujours entre nous et au service informatique.